Ndiebene Gandiole

Historique de la commune

Un terroir chargé d’histoire, le Gandiolais fut fondé par un certain Ndiambé ou Ndieumbe Diop. Selon de nombreux témoignages  auprès de cinq sexagénaires du village de Tassinère, Ndieumbe Diop fut un chasseur provenant du Djolof, toujours accompagné de son fidèle griot Deuleuss Diouck. Pendant plusieurs années, il passa une partie de la saison sèche pour chasser.

Situation géographique de la commune

Située dans le département de Saint-Louis et dans l’arrondissement de Rao, la commune est limitée

  • Au Nord: Commune de Saint-Louis
  • A l’Ouest : Fleuve Sénégal et Océan atlantique
  • A l’Est : Commune de Gandon
  • Au Sud: Commune de Léona (Région de Louga)

 

Caractéristiques démographiques

Le commun compte, en 2016, 22909 habitants, selon les projections de l’ANSD dont :

  • 45% d’hommes et 55% de femmes
  • 47% de main d’œuvre (de 15 à 60 ans)
  • 77% de jeunes de moins de 35 ans
  • 6% de personnes âgées de 60 ans et plus
  • 47% de femmes en âge de reproduction

La population est essentiellement composée de wolofs, de peulhs et de maures.

Près de 61% de population sont concentrées dans sept villages (Ndiébène Gandiole, Pilote Barre, Mouit, Darou Mboumbaye, Dégou Niayes, Tassinère et Dièle Mbame).

Caractéristiques physiques, hydrographiques et climatologiques

Milieu physique : constitué de deux zones écologiques distinctes :

  • le Gandiolais : situé dans la frange maritime ;
  • le Diéri: localisé dans la partie orientale de la commune

Sols et relief : une grande diversité pédologique : sols sableux, sols fondé et sols alluviaux ou « Holladé » ; le relief est dans l’ensemble plat avec cependant des zones dépressionnaires et dunaires.

 

Faune et flore : la végétation est dominée par la steppe arbustive et la commune abrite le parc national de langue de barbarie et la réserve de Faune de Guembeul.

 

Climat : subsaharien avec une saison sèche froide de Novembre à Février, une saison sèche chaude de Mars à Juin et une saison des pluies de Juillet à Octobre

 

Température : relativement douce mais dépassant les 30°C en saison des pluies

 

Vents : vents d’harmattan contribuant à l’augmentation des pertes d’eau par évaporation, etc.

Pluviométrie : pluies recueillies dépassant rarement 250 mm avec moins de 26 jours de pluies.

 

Eaux de surface : Le Fleuve Sénégal, Ndialakhar, le Miguegne, le khant, le ngalam, « Xiron », Tongou yaye, Mbay, Tas Taslé, Bountou bakh, Albar, Lobert, Mouye, Panghar,

 

Eaux souterraines : présence d’eau salée au niveau des nappes phréatiques et maestrichtienne

Accès aux infrastructures sociales de base

Indicateurs

Nombre

EDUCATION

Préscolaire

09

TBPS

16,7%

Elémentaire

20

TBS élémentaire

 

Moyen et secondaire

03

TBS moyen et secondaire

23,7%

Écoles coraniques ou daaras

16

SANTE

Postes de santé

01

Case de santé

03

Taux de couverture des postes de santé

1/22909hbts

Infirmiers

01

Sages-femmes

01

HYDRAULIQUE

Forages

ND

Mini forage

ND

Branchements particuliers

ND

Taux d’accès géographique

74%

Taux d’accès des populations

91%

ASSAINISSEMENT

Taux d’accès global en latrines

83%

Taux d’accès en latrines adéquates

30%

Télécharger le PDC

 

Le PACASEN est un nouveau programme initié par l’Etat du Sénégal et exécuté par l’Agence de Développement Municipal (ADM). Il est doté d’un budget de 130 milliards de FCFA sur financement de la Banque mondiale et de l’Agence française de développement (AFD).

Dans le dispositif de mise en œuvre les ARD assurent l’assistance à la coordination et le coaching territorial continu (CTC) et l’appui à la maitrise d’ouvrage locale.