LuxDev appuie les communes

LuxDevelopment appuie les communes dans la lutte préventive du COVID 19

Contexte et justification

Dans le contexte actuel lié à la crise du Covid-19, le Sénégal est en voie d’adoption d’un plan national de riposte du COVID 19 comprenant trois axes : (1) un axe concernant la gestion sanitaire de la crise, (2) un axe comprenant des mesures permettant d’appuyer les familles en termes de résilience économique familiale et de sécurité alimentaire, (3) un axe permettant de préparer la relance économique du pays après la crise.

Le dispositif de coordination mis en place au niveau national est déjà territorialisé à travers des dispositifs de coordination régionaux, départementaux et locaux à travers des comités locaux sur l’ensemble des niveaux administratifs et/ou politique.

Dans le domaine de la gouvernance locale de la santé un texte règlementaire relativement récent du Ministère de la Santé (MSAS) a créé des Comités de Développement de santé (CDS), présidé par le Maire et comprenant des membres issus de l’ensemble des partie prenantes locales, y compris les associations de femmes et de jeunes.

Dans le cadre du plan global de renforcement des capacités de LuxDev pour les deux programmes santé et Formation professionnelle, il était prévu de renforcer ces acteurs locaux, y compris les communes et les Comités de Développement de la Santé (CDS), qui sont des acteurs du système important par rapport au principal objectif de changement du programme SEN/031 qui est l’amélioration des dispositifs d’urgence sanitaire. En effet, les communes et la société civile sont des acteurs importants de la gouvernance locale, y compris la gouvernance de la santé.

Dans ce cadre, un état des lieux a été organisé dans les départements d’expérimentation de la zone centre sur la fonctionnalité des CDS, avec la planification d’actions de renforcement des capacités de ces CDS planifiées pour 2020.

Parmi les réformes de l’Etat en cours soutenu par LuxDev, figure la territorialisation des politiques publiques. Il est donc important que le plan de riposte national contre le COVID 19 soit territorialisé jusqu’au niveau commune et village afin que l’ensemble des parties prenantes puissent concourir à ce plan de riposte.

Parmi les mesures préventives en matière de lutte contre le COVID 19, figurent le port de masques pour le personnel de santé et les professions avec des contacts importants avec la population ainsi que le lavage des mains au savon pour la population. Faciliter la mise en œuvre de mesures préventives en matière de santé figure parmi les fonctions/prérogatives régaliennes des CDS, à côté des fonctions de contrôle externe/acteurs facilitant le « rendre compte ».

La distribution de matériels de protection

Les autorités sanitaires du pays recommandent l’utilisation de matériels sanitaires normés pour le personnel soignant les patients atteint du COVID 19 (notamment les masques FFP2 ou les masques chirurgicaux). Les besoins en matériels sont importants.

Pour les autres catégories de professionnelles, la fabrication de masques artisanaux a fait l’objet de nombreuses initiatives en Asie et en Europe, notamment en France, avec la diffusion de tutoriel et de patrons de la part de Centre Hospitaliers Universitaires (CHU), de communes, de privés, de sociétés de textiles. Ces masques sont recommandés comme mesure de protection puisqu’il évite dans une certaine mesure le contact avec les projections de salive, moyennant certaines précautions (utilisation trois heures et lavage quotidien) sans exclure les autres mesures de précaution (distanciation sociale à un voire deux mètres pas toujours faciles au Sénégal dans certains lieux). Le comité national demande que les modèles de masques artisanaux soient bien étudiés et appréciés par les autorités sanitaires nationales et locales (comité national, région médicale, district sanitaire) avant toute distribution.

Ces initiatives, avec diffusion de différents patrons, ont été vérifiées et contrôlées ces dernières semaines, avec maintenant un patron vérifié par rapport à certaines normes sanitaires par un organisme public français spécialisé dans les normes.

Dans beaucoup de communes de la zone de concentration et de la zone moins étendue d’expérimentation du PIC IV de la coopération sénégalo-luxembourgeoise, il existe des CFP’s avec une filière couture et une direction encore fonctionnelle dans le contexte, des artisans, des associations de femmes appuyées par le PIC IV, etc. Ces masques artisanaux, en concertation avec le district de santé, pourraient être distribués pour les professions autres que celles liées à la santé ayant des contacts très réguliers avec un grand nombre de personnes (épiciers, autres commerçants…).

La distribution de matériel de nettoyage, désinfection et d’hygiène

Les autorités sanitaires préconisent plusieurs mesures d’hygiène, dont le lavage des mains au savon pour la population chaque deux – trois heures et avant/après les repas et le passage aux toilettes. Or, pour certaines catégories de la population, le savon représente un coût dans leur budget quotidien/hebdomadaire et représente des quantités de savon plus importantes qu’en période ordinaire. Des associations ou des GIE féminins fabriquent déjà du savon artisanal et des produits hydro alcooliques. Les communes et les CDS pourraient faire des commandes spécifiques et décider quels sont les groupes de population les plus nécessiteux (indigents).

En lien avec le plan global de renforcement de capacités au bénéfice des acteurs intervenant dans la mise en œuvre du PIC IV et sur base de la note conceptuelle citée supra, il est envisagé l’élaboration d’un mini-plan de RDC au profit des communes – au travers d’actions à conduire – afin de les accompagner dans leur contribution au plan national de riposte au COVID-19 notamment dans la prise en charge des actions préventives.

Objectifs de l’appui

Contribuer à la mise en œuvre du plan national de riposte en permettant d’augmenter les actions de protection du personnel de santé et de certaines autres catégories de travailleurs qui ont besoin d’être en contact avec un grand nombre de personne dans le cadre d’activités économiques.

Résultats attendus

  • Des produits d’hygiène (détergents, savons, gel…) ainsi que des masques artisanaux sont mis à la disposition des populations les plus nécessiteuses en privilégiant les fabrications artisanales et les acteurs économiques locaux (jeunes apprenants des Centres de formations professionnels, artisans, Groupe d’intérêt économiques, etc.) ;
  • Des masques et produits désinfectants sont mis à la disposition des postes de Santé de la Commune (masques FFP2 et masques chirurgicaux pour soignant en contact et gel hydro alcoolique pour le personnel soignant) ;
  • Toute autre action de mise en œuvre du plan national de riposte non encore prise en charge est menée, à l’exception d’actions de communication déjà prises en charge dans la zone, notamment par l’ONG Plan sur financement de LuxDev.

Laisser un commentaire

Le PACASEN est un nouveau programme initié par l’Etat du Sénégal et exécuté par l’Agence de Développement Municipal (ADM). Il est doté d’un budget de 130 milliards de FCFA sur financement de la Banque mondiale et de l’Agence française de développement (AFD).

Dans le dispositif de mise en œuvre les ARD assurent l’assistance à la coordination et le coaching territorial continu (CTC) et l’appui à la maitrise d’ouvrage locale.

fermer