Le PASPED, un modèle d’assistance technique aux MPME de la région de Saint-Louis

L’économie sénégalaise connait une fragilité notoire, ce qui est la principale cause de la migration depuis les zones à fort taux de chômage des jeunes mais aussi les contraintes du secteur privé tendent à limiter leur capacité de créer des emplois. Dans la perspective de trouver une solution à cette situation, le PSE (Plan Sénégal Emergent) encourage la création des MPME (Micros, Petites et Moyennes Entreprises) comme alternative pour stimuler la création d’emploi et la croissance économique. Il vise surtout l’amélioration du business des MPME avec un soutien technique et financier mais aussi un renforcement de capacités.

C’est dans ce cadre que le PASPED (Projet de contraste à la migration illégale à travers l’appui au Secteur Privé et à la création d’emplois au Sénégal) vient concrétiser cette vision du Plan Sénégal Emergent (PSE) en s’inscrivant dans la lutte contre la migration illégale, à travers l’appui au secteur privé et à la création d’emplois au Sénégal. Il a fait l’objet d’une convention qui a été signé le 14 décembre 2018 entre l’Union Européenne (UE) et l’Agence Italienne pour la Coopération au Développement (AICS), en Co-délégation avec la Caisse de Dépôts et Prêts (CDP). Le PASPED vient renforcer la deuxième phase de la PLASEPRI (Plateforme d’appui au secteur privé et à la promotion de la diaspora sénégalaise) qui est une coopération bilatérale italo-sénégalaise, avec les mêmes objectifs en termes d’assistance financière et technique pour le développement des micros, petites et moyennes entreprises mais aussi le soutien au potentiel économique local et celui de la diaspora en Italie.

La mise en œuvre du projet au niveau de la région de Saint-Louis ne concerne que la composante3 « mise en place d’un système incitatif pour l’insertion des jeunes formés dans le marché du travail ». Cette composante a fait l’objet de convention de partenariat entre l’ARD de Saint-Louis et l’AICS et a permis de réaliser un certain nombre d’activités :

  • La cartographie du secteur privé régional qui a permis de répertorier 2773 entreprises ;
  • L’appel à manifestation d’intérêt qui permis l’adhésion à la composante 3 de 80 entreprises ;
  • L’analyse des besoins des 80 entreprises dont 60 sélectionnées pour accueillir les stagiaires ;
  • L’appel à candidature pour le recrutement des stagiaires sur la base des 50 profils demandés par les entreprises (1590 candidatures reçus et 200 sélectionnés) ;
  • La présélection, la sélection finale par les entreprises et la signature des contrats et le démarrage des stages 1er décembre 2020 ;
  • L’assistance technique aux 60 MPME.

Dans le cadre de l’assistance aux MPME, des missions pilotées par la Division Suivi-Evaluation de l’ARD sont effectuées dans les 60 entreprises bénéficiaires pour recueillir les informations sur le déroulement des stages, l’évaluation des stagiaires par les maitres de stage et les besoins d’assistance aux entreprises. Cette mission a démontré mission de terrain a démontré l’engagement et l’appropriation du système par les chefs d’entreprise et des bénéficiaires.

En effet, cette mission a permis de recueillir les impressions de certaines entreprises :    

A Rosso Sénégal, l’Etablissement Mbodj et Frères, spécialisé dans l’agriculture, qui a bénéficié de 3 stagiaires, a salué la démarche du projet. Le responsable administratif et financier de la structure a exprimé sa gratitude au programme qui arrive à une période où ils ont souvent besoin de plus d’employés mais les moyens financiers font souvent défaut pour prétendre à un recrutement. Il reconnait la pertinence du projet dans le renforcement de capacités du secteur privé. Du coté des stagiaires, ils ont réussi une bonne intégration dans le monde du travail.

La Laiterie du Berger (Dolima) à Richard Toll a accueilli 4 stagiaires. Leur responsable des ressources humaines admet que le projet leur est bénéfique. Les stagiaires, mis à leur disposition, sont en fin de deuxième cycle (Master II) donc ils ont de bonnes prédispositions intellectuelles, il ne leur manquait que la pratique.

A Saint-Louis, la poissonnerie KUI YEN Fishing, sis au quartier Hydrobase, a reçu 5 stagiaires, qui leur sont d’un apport technique considérable. La dame admet avoir fait un gros investissement mais les moyens pour dérouler ses activités ne suivaient pas, donc le projet lui a octroyé un apport technique et les moyens de démarrer avec une équipe jeune et dynamique.

Comme évoqué au début, 200 stagiaires répartis dans 60 entreprises de la région ont bénéficié du programme et un sondage dans le cadre du suivi montre nettement la contribution du projet dans la politique d’insertion des jeunes et l’amélioration du niveau de productivité des entreprises. Il s’inscrit dans le cadre de la lutte contre le chômage des jeunes et la création d’emploi (ODD8) dans les zones reculées pour leur permettre d’avoir une source de revenus décents dans leur localité, donc il appuie les collectivités territoriales dans leur politique de lutte contre la pauvreté (ODD1).  

En effet, ce dispositif d’intervention territorialisé doit être capitalisé et considéré comme un patrimoine non pas seulement du ministère de la micro finance mais du gouvernement afin que les autres ministères puissent s’en inspirer.

Laiterie du Berger (Dolima, Richard Toll)
Kui Yen Fishing (Hydrobase, Saint-Louis)
Etablissement Mbodj et Frères (Rosso Sénégal)

Laisser un commentaire

Le PACASEN est un nouveau programme initié par l’Etat du Sénégal et exécuté par l’Agence de Développement Municipal (ADM). Il est doté d’un budget de 130 milliards de FCFA sur financement de la Banque mondiale et de l’Agence française de développement (AFD).

Dans le dispositif de mise en œuvre les ARD assurent l’assistance à la coordination et le coaching territorial continu (CTC) et l’appui à la maitrise d’ouvrage locale.