Commune de Richard Toll

Presentation de la Commune

La localité a connu un développement spatial rapide et anarchique. Avant la présence coloniale, il n’existait que les villages de Ndiangué et Khouma. Ces deux villages, le deuxième surtout, sont occupés par la chefferie traditionnelle des Mbodj, descendants des « Brack1 », souverains du royaume traditionnel du Walo. En 1817, la création d’un jardin d’essai au confluent du fleuve Sénégal et de la Taouey près du hameau de Ndioukouk par le gouverneur SCHMALTZ a donné naissance au premier noyau de la commune : « l’Escale ». Ce quartier ainsi créé est situé entre le fleuve Sénégal et la route nationale n°2. En 1822, le Baron Roger, nouveau gouverneur du Sénégal y envoya son jardinier Pépiniériste du nom de Richard qui, malgré son opiniâtreté n’aboutit pas à des résultats probants. Avec l’accord du gouverneur, le village devint Richard Toll, qui signifie : le champ de Richard en langue locale. Un recensement effectué en 1823 évoquait une population de 28 résidents et 1148 nomades. Les wolofs vivaient du travail de la terre (culture pluviale et culture de décrue), les peuls s’adonnaient à l’élevage. Le quartier Richard Toll Escale n’a été véritablement occupé qu’à partir de la création de la Mission Agricole du Sénégal (MAS) en 1945. L’existence de casier rizicole et le besoin de main d’œuvre ont attiré de nouveaux occupants. Des logements pour les fonctionnaires de la MAS, une école, une chapelle et un centre hospitalier ont été construits. Les occupations anarchiques ont amené les autorités coloniales à lotir le quartier en 1956. A côté des anciens villages se créent aussi des campements Peul et de pêcheurs. Ainsi, le phénomène de migration a accru la population des localités de la zone. Au lendemain de l’indépendance du Sénégal, on note en effet une augmentation sensible de la taille des villages environnants. Avec l’implantation de la CSS en 1970, la localité va connaître une croissance démographique rapide. De 4.400 habitants elle passe à environ 14.900 habitants au début des années 1980. Cette accélération démographique a eu des effets d’entraînement sur l’espace. Deux phénomènes vont être remarqués dans cette zone : la jonction entre les villages et la création de nouveaux quartiers. Les villages de Ndiangué et Ndiaw se groupent, de même que Khouma et les campements. On assiste aussi à la création du quartier de Ndombo Alarba. Ce développement démographie et spatial rapide a amené les autorités sénégalaises à ériger, par le décret n°80-586 du 24 juin 1980, Richard Toll en commune. A cette date, la localité comptait six quartiers (Escale, Ndaingué, Ndiaw, Khouma Wolof, Khouma Peul, Ndombo Alarba). Elle avait une superficie d’environ 1897 ha dont les 254 ha sont occupés par l’habitat. Le reste est occupé par les plans d’eau, la voirie, les forêts classées et les canaux d’irrigation.

Les projets de la commune

Your Complete Guide to Photography

A small river named Duden flows by their place and supplies it with the necessary

Learn Python – Interactive Python

A small river named Duden flows by their place and supplies it with the necessary

Introduction to Edu_Learn LMS Plugin

A small river named Duden flows by their place and supplies it with the necessary