Mboumba

Historique de la commune

Perdue au cœur du département de Podor, Mboumba est considérée comme la cité des Almamy dont les origines se perdent dans la nuit des temps. Elle fut fondée par Sileymane Kassoum Wan, Mboumba, à l’origine, portait le nom de Saré Mawndé. Le passé tumultueux de l’ancienne capitale de la Province du Lao a laissé en héritage beaucoup de vestiges. La localité renferme aujourd’hui des vestiges rares et des monuments importants au milieu d’un espace urbain en pleine mutation. « Le cimetière des Almamys et l’ancienne mosquée de Mboumba figurent sur la liste des Sites et Monuments classés »

Situation géographique de la commune

Située dans le département de Podor, région de Saint-Louis, la commune de Mboumba est limitée :

  • Au Nord par le marigot de Doué ;
  • À l’Est et au Sud par la commune de Bokké Dialloubé ;
  • À l’Ouest par la commune de Méry.

La commune de Mboumba est constituée de quatre (4) quartiers officiels que sont : Hossirde, Thiambe, Ndiaybé et Worgo.

Il existe aussi une zone d’extension communément appelée Sinthiane de l’autre côté de la RN2.

Caractéristiques démographiques

Selon les données du service régional de la statistique et de la démographie de Saint-Louis, la population de la Commune de Mboumba est estimée à 5 728 habitants. Répartie comme suit :

  • 51% d’hommes et 49% de femmes ;
  • 71% de jeunes ;
  • 18% enfants -5ans ;
  • 6% de personnes âgées

Caractéristiques physiques, hydrographiques et climatologiques

Le relief de la commune de Mboumba est relativement plat. Il est quelque fois traversé par des dépressions offrant des espaces hydroagricoles très fertiles et des élévations dont les altitudes atteignent rarement 10m.

 

Le climat est marqué par l’alternance entre une saison sèche de 9 à 10 mois et une saison pluvieuse plus courte de 2 à 3 mois (juillet – septembre) avec des précipitations annuelles faibles largement inférieures à 500 mm. Mboumba est une zone relativement chaude avec des températures pouvant atteindre les 40 °C. 

 

La végétation de la commune de Mboumba s’inscrit dans le domaine phytogéographique sahélien distingué par une steppe arbustive et arborée. Cette végétation ouverte, varie selon les saisons et les types de sols.

Les sols la différenciation des sols, dans la commune est essentiellement basée sur leur position topographique (drainage, déflation, accumulation), elle se traduit directement par des variations de texture. On distingue :

  • Les sols hydromorphes à pseudo-gley: il s’agit des sols situés dans les petites levées et les cuvettes de décantation que les habitants appellent familièrement « Hollaldé ».  Il existe également un sol qui tire vers le « hollaldé » dénommé « faux hollaldé », car caractérisé par une texture limoneuse argileuse à argileuse ferrugineuse avec une forte proportion de sables fins et de sables grossiers. 
  • Les sols bruns subarides : il s’agit de sols silico-argileux humifères (sols de fondé) qui occupent 30 %. Bruns à bruns clairs, ces sols sont constitués de sables fins et de limons. Le taux d’argile, qui est moyen en surface devient faible dans les horizons médians et de profondeur.
  • Les sols bruns rouges subarides : ces terres se développent sur d’anciens cordons dunaires, héritage de l’Ogolien. Ils représentent l’ensemble des terres non inondables de la moitié sud du territoire de la commune. Du fait de

L’hydrographie

Le marigot du Doué constitue la principale source d’eau de surface de la commune.  Il limite la commune dans sa partie Nord. Durant la saison des pluies, sa crue permet le remplissage des dépressions inondables utilisées généralement pour l’agriculture de décrue. Concernant les eaux souterraines, la nappe phréatique peu profonde se situe en moyenne à 15 m.

Accès aux infrastructures sociales de base

Indicateurs

Nombre

EDUCATION

Préscolaire

01

TBPS

10%

Elémentaire

02

TBS élémentaire

69.5%

Moyen et secondaire

01

TBS moyen et secondaire

64%

Écoles coraniques ou daaras

07

SANTE

Postes de santé

01

Officine

01

Taux de couverture des postes de santé

1/5 728 hbts

ICP

01

Sages-femmes

01

HYDRAULIQUE

Forages

4

Unité de Potabilisation et de Traitement

01

Bornes fontaines

ND

Branchements particuliers

649

Taux d’accès géographique

80%

Taux d’accès des populations

90%

ASSAINISSEMENT

Taux d’accès global en latrines

90%

Taux d’accès en latrines adéquates

47%

 

Le PACASEN est un nouveau programme initié par l’Etat du Sénégal et exécuté par l’Agence de Développement Municipal (ADM). Il est doté d’un budget de 130 milliards de FCFA sur financement de la Banque mondiale et de l’Agence française de développement (AFD).

Dans le dispositif de mise en œuvre les ARD assurent l’assistance à la coordination et le coaching territorial continu (CTC) et l’appui à la maitrise d’ouvrage locale.