Gamadji Sare

Historique de la commune

La Commune de GAMADJI SARE tient son nom du village de Gamadji , fondé par Soye Malick BÂ et Hameth Samba ANNE. GAMADJI : déformation du mot Pulaar « Gamayo » qui signifie de l’autre côté du fleuve, témoigne de l’origine des premiers occupants du village de GAMADJI qui seraient des originaires de l’Est et s’étaient établis de l’autre côté de la rive gauche du Doué. 

Situation géographique de la commune

La Commune de GAMADJI SARE est située dans le département de Podor. Son territoire englobe la Commune de NDIOUM. Elle couvre Elle couvre une superficie de 1.400 km² ; soit 36% de la superficie de l’arrondissement. Elle est traversée par la route nationale N°2 et est limitée :

  • au Nord par le Fleuve Sénégal ;
  • au Sud par la Commune de LABGAR du département de Linguère et une partie
  • au Sud-Ouest (une petite partie) par la Commune DOUMGA LAO ;
  • à l’Ouest par la Commune de GUEDÉ VILLAGE ;
  • à l’Est par la Commune de DODEL.

Caractéristiques démographiques

Selon le Recensement général de la population et de l’Habitat, de l’Agriculture et de l’Elevage de 2013, la population de la Commune de GAMADJI SARE en 2013 est 20387 habitants. Quant aux projections de 2019, elles donnent une taille de 23.855 habitants soit 5,5% de la population départementale. La population est majoritairement constituée de Peulhs (90%) ; Wolofs, Maures, Sarakolés, Sérères et autres (10%). Elle est répartie comme suit :

  • 47% d’hommes et 53% de femmes ;
  • 66% de jeunes ;
  • 6% de personnes âgées

Caractéristiques physiques, hydrographiques et climatologiques

Climat

Il est de type sahélien tropical avec deux principales saisons :

  • une longue saison sèche fortement marquée par des vents chauds et secs, des températures relativement élevées (30°c) ;
  • une saison pluvieuse de courte durée (de Juillet à Septembre), avec une pluviométrie très aléatoire. 

Pluviométrie:

La Commune de GAMADJI SARE est comprise dans l’isohyète 300. A l’instar de la zone sahélienne, la pluviométrie est marquée par un régime de pluie aléatoire et profondément perturbé depuis plus de deux décennies. 

Températures

Les amplitudes thermiques situées entre 18°C (décembre-janvier) et 42°C entre mai et juin.

Hydrologie

La Commune appartient au puissant bassin sédimentaire Sénégalo-mauritanien d’âge secondaire et tertiaire.

Le réseau hydrographique est dense dans le Walo où trois (3) cours d’eau l’arrosent en permanence :

  • le fleuve Sénégal sur une longueur de 16 km ;
  • le cours d’eau du Doué, défluent du fleuve, long de de 16 km ;
  • le cours d’eau du Gayo, second défluent du fleuve, long de 17 km.

A ces ressources s’ajoutent quatre marigots (Mbaram, Guissel, Ndiadialol et Ndowatobi) et une vingtaine de mares temporaires répartis dans la Walo et le Diéri.

Faune et flore

La faune est caractérisée par la présence de diverses espèces : hérons (héron cendré et héron blanc), pélican, lièvres, écureuils, phacochères, varans, etc. Quant à la végétation, elle varie selon les types de sols et les zones agro-écologiques :

  • en zone Diéri, elle est dominée par une savane arbustive et divers types d’acacias.
  • dans le Walo, elle se distingue par le Gonakier et quelques acacias.

Relief et sols

Le relief présente plusieurs dépressions et définit deux zones agro-écologiques distinctes :

  • le Walo correspond aux terres humides qui bordent le fleuve Sénégal et ses défluents ;
  • le Diéri aux terres éloignées jamais atteintes par les crues du Fleuve Sénégal et de ses défluents.

Selon le Plan d’Occupation et d’Affectation des Sols (POAS), la typologie des sols de la Commune GAMADJI SARRÉ se présente ainsi qu’il suit :

  • les sols silico-argileux humifères qui occupent 7 % de la zone du Walo (SAED) ;
  • les « Hollaldé »: ces sols se trouvent sur les terres argileuses des cuvettes d’inondation et de décantation et constituent la zone appropriée pour la riziculture intensive. Le sorgho et le niébé y sont traditionnellement cultivés après la décrue. 
  • les « Faux Hollaldé » sont des sols argileux limoneux et sans structure. Ils sont favorables à la culture du riz. Ce type de sol se trouve principalement dans la zone intermédiaire.
  • les sols « Dior » sont sableux avec une faible texture en argile. Ils sont favorables à la culture de l’arachide, du mil, du niébé, de la pastèque, etc.

Accès aux infrastructures sociales de base

Indicateurs

Nombre

EDUCATION

Préscolaire

02

TBPS

8.15%

Elémentaire

35

TBS élémentaire

89.9%

Moyen et secondaire

4

TBS moyen et secondaire

93%

Écoles coraniques ou daaras

35

SANTE

Postes de santé

02

Case de santé

20

Mutuel de santé

02

Taux de couverture des postes de santé

1/12 244 hbts

Infirmiers

01

Sages-femmes

02

HYDRAULIQUE

Forages

24

Unité de Potabilisation et de Traitement

01

Bornes fontaines

101

Branchements particuliers

662

Taux d’accès géographique

85%

Taux d’accès des populations

86%

ASSAINISSEMENT

Taux d’accès global en latrines

47%

Taux d’accès en latrines adéquates

20%

Le PACASEN est un nouveau programme initié par l’Etat du Sénégal et exécuté par l’Agence de Développement Municipal (ADM). Il est doté d’un budget de 130 milliards de FCFA sur financement de la Banque mondiale et de l’Agence française de développement (AFD).

Dans le dispositif de mise en œuvre les ARD assurent l’assistance à la coordination et le coaching territorial continu (CTC) et l’appui à la maitrise d’ouvrage locale.