Commune de Saint-Louis

Histoire

Créée en 1659, ancienne capitale  de l’Afrique Occidentale Française (1895-1958), du Sénégal (jusqu’à 1957) et de la Mauritanie (1920-1960),  Saint-Louis fût la plus ancienne colonie française d’Afrique. Carrefour économique, capitale politique, foyer religieux et ville cosmopolite, Saint-Louis a joué un rôle important dans l’histoire politique de l’Afrique de l’Ouest ; ce qui lui a valu le classement de l’île et du Pont Faidherbe au patrimoine mondial de l’humanité. Elle a une longue  et solide expérience de la décentralisation, pour avoir  été une commune de plein exercice à partir du 10 août 1870. 

Géographie

Située à l’embouchure du fleuve Sénégal, à 264 km au nord de la capitale du pays (Dakar), la commune de Saint-Louis est limitée à l’Ouest par l’Océan Atlantique, à l’Est par la commune de Gandon, et au Sud par les communes de Gandon et de Ndiébène Gandiole au Nord par la République Islamique de Mauritanie. Elle s’étale sur une superficie de 46,69 km2 dont 20% sont envahis par les affluents et défluents du fleuve Sénégal

 

Démographie

Sur le plan démographique, estimée à 237.563 habitants en 2015 dont 49%  d’hommes et 51% de femmes, La population de la commune est majoritairement jeune :

  •           51% de la population ont moins de 20 ans.
  •           51% de la population sont des femmes dont 51% sont en âge de procréer.

       Le taux de fécondité en milieu urbain à Saint-Louis est de 4,1 par femme. Ce taux de fécondité est secoué par une mortalité infantile de 540/00 qui empêche à bon nombre d’enfants de fêter leur cinquième anniversaire.

Par ailleurs, La jeunesse de la population ajoutée au nombre de femmes en âge de la reproduction représentent un lourd tribut à supporter par la municipalité en termes de prise en charge de l’éducation, de la santé (santé de la reproduction et lutte contre la mortalité infantile) de l’assainissement, de l’employabilité des jeunes (réduction du chômage des jeunes) entre autres secteurs.

COOPÉRATION, ATOUTS ET CONTRAINTES

La commune de Saint-Louis a un bon tissu partenarial vieux de plusieurs dizaines d’années. En effet, elle s’est forgée de solides relations de coopérations internationales avec beaucoup de partenaires tels que la coopération espagnole, la coopération technique belge, la coopération autrichienne, le Réseau des élus locaux francophones (AIMF) et le Centre Wallonie de Bruxelles. Elle a aussi noué des relations de jumelage très diversifiées dans le cadre de la coopération décentralisée avec des villes comme Lille, Toulouse, Liège, Fez et Kayes. En plus des interventions en cours déroulées par les partenaires, Saint-Louis bénéficie de l’appui des organismes étatiques comme le PNDL l’ADM. 

Cette coopération est favorisée par plusieurs atouts. Le premier atout de la commune de Saint-Louis demeure sa position géographique, stratégique entre le Sénégal, les pays du Maghreb et les pays du sud sahara.  Ensuite, la forte présence de l’eau offre des possibilités de production et de mobilité mais également source de contraintes. Ses énormes potentiels historiques et culturels conjugués à sa fonction de capitale du nord offrent tous les atouts pour faire de la commune un carrefour intercontinental à l’horizon 2035.

Aujourd’hui, on ne peut parler de la commune de Saint-Louis sans aborder la problématique des changements climatiques. Depuis quelques années, il apparaît en premier plan sur l’actualité Saint-Louisienne les conséquences de la dégradation de l’environnement engendrant l’avancée de la mer délogeant les pêcheurs habitants de la langue de barbarie. Ceci est dû à plusieurs facteurs : inondation, érosion côtière et des berges, extraction du sable marin, forte pression des zones humides.